★Entre nous c’est fini… je te hais! ★

 

De toute façon ça avait mal commencé! On nous a présenté au mauvais moment, ça aurait peut être pu marcher entre nous sinon, qui sait?  Je te connaissais un peu déjà, j’avais entendu parler de toi, mais dès le début tu ne m’attirais pas. C’était une évidence pour moi, je n’aurai pas besoin de toi.

Mais le sort en a jugé différemment! Tout s’est passé très vite et sans le voir venir on s’est rencontré et retrouvé seuls, tous les deux. En face à face, nous avons dû nous apprivoiser, rapidement, je n’ai pas eu le choix. Dans mon entourage, je n’avais pas vu personne à tes côtés. C’est donc seule que j’ai dû te dompter. Pas facile au début, j’étais un peu gauche, pas très douée. Non pas que je me cherche des excuses, mais je n’étais pas très en forme à ce moment-là.
Je t’ai cottoyé, toutes les 4/5 heures pendant environ 10 minutes, c’est ce que l’on m’avait conseillé. J’ai bien eu l’impression que je n’y arriverais jamais au début, pas facile quand on n’en a pas envie. Parce que oui, ta présence me rendait triste, elle me renvoyait à ma solitude.  J’étais seule, la laissant dans un milieu inconnu et je devais me débrouiller avec toi. Si tu étais là, c’est que je n’étais pas en capacité de faire simplement et naturellement, comme je l’avais souhaité.

Quand je repense à toi, je repense tout de suite à ton bruit. Léger, sourd et répétitif. Tu aurais pu me rendre folle, parce que dans le silence, je n’entendais que toi. J’en étais parfois rendue, comme une toquée, à compter ton rythme. Et puis tu me faisais un peu mal, je n’étais pas habituée.
Comme je n’étais toujours pas en capacité de m’assoir, il n’était pas aisé pour moi de t’utiliser. Je m’en mettais souvent partout, me tachant et laissant une odeur sur moi. Laissant à la fin, ton récipient quasiment vide. Ca me mettait encore plus en rogne contre toi, j’avais l’impression d’être incapable. Je n’y arriverais donc peut être jamais??

Quatre jours, nous avons passé quatre longs jours ensemble. Je n’avais qu’une hâte, t’abandonner, te laisser de côté et t’oublier. Le dernier jour, j’étais quand même un peu fière de moi, grâce à toi, j’avais réussi à « bien » remplir ton récipient. Peut être au final que ça allait marcher, que j’allais y arriver.
Le quatrième jour, on est venu me chercher pour me changer de service! Tu as voyagé avec moi, accroché à l’arrière de mon lit. Personnellement, je t’aurais bien laissé sur place, mais les personnes ont préféré que tu viennes avec moi. Une fois arrivée dans le nouveau service, tu étais toujours prêt de moi, mais c’était fini, je n’avais plus besoin de toi! Je t’ai oublié sans problème et surtout avec grand plaisir. On a même fini par te retirer de ma chambre, je t’ai regardé partir, sans te dire au revoir. Juste un petit rictus intérieur, je ne te reverrais plus!!

J’avoue… tu m’as quand même été utile puisque tu m’as permis d’y arriver. C’était d’ailleurs la chose auquelle je m’accrochais le plus, il fallait que j’y arrive!problème problème, c’est que je t’ai associé à cette période un peu dure!

Et puis, il y a deux semaines, toujours pour des raisons de santé, j’ai du aller passer un scanner. Je me suis pointée, ma petite puce et ma mère avec moi, toute guillerette. Ce n’était pour moi qu’une petite étape à faire, une broutille puisque je suis persuadée que ça ne va rien donner. Et là, avant de le commencer, on m’annonce que je ne vais pas pouvoir le faire, mais surtout que je vais avoir à nouveau besoin de toi.

Pourtant j’avais dit « plus jamais je ne l’utiliserais, plus jamais!!!! ». Nous sommes donc rentrés et j’ai commencé à stresser. Je ne voulais plus avoir affaire à toi, j’avais pourtant été claire avec moi même! J’étais énervée, je ne m’y étais pas préparée et je n’en avais pas envie.
Chez moi, j’avais bien dans un placard un de tes collègues, beaucoup plus simple, pas electrique, mais ce n’était pas l’idéal. On m’a donc donné un papier pour que j’aille te chercher.

Nous voilà à nouveau ensemble. Toi, tes branchements, ton bruit sourd et répétitif, ta couleur blanche avec un peu de mauve. Je ne t’aime toujours pas, tu ne m’insipires ni confiance ni plaisir. Mais je n’ai pas le choix, c’est pour ma petite que je dois le faire.
Cette fois-ci, les choses ont changé, je te connais et je maitrise la chose. Je tente d’abord d’être seule avec toi, mais ça ne marche que moyen. Alors, tu viens partager les moments d’intimité de ma petite puce et moi. Nous voilà, tous les trois, souvent réunis comme un trio. Petite puce est cool et t’accepte. Je t’ai présenté à elle et je lui ai expliqué pourquoi tu étais là, avec un air jovial pour lui paraitre rassurant. Pour moi, tu n’y ai pas du tout! Elle doit commence à connaitre ton bruit sourd et répétitif, tu ne lui fais pas peur.
J’ai l’impression que je n’y arriverais jamais, que je n’aurais jamais assez pour tenir une journée. Alors je continue, durant toute une semaine, jour et nuit. La nuit surtout, c’est là que c’est plus facile pour moi.
Et voilà, la semaine passe et c’est LA journée où je vais te cottoyer seule. Je n’y avais pas pensé au début que je devrais être avec toi jusqu’à ce jour, je pense que ça serait fini le matin et basta. Mais non, nous passons la journée ensemble, tu viens même chez mes parents. Tout le monde se demande toujours d’où vient ce bruit, ton bruit! Mais là, nous sommes en duo, petite puce n’a pas le droit de te partager avec moi, j’ai pris un médicament qui me l’interdit pendant 24 longues heures. La nuit, je suis obligée de me lever plus que d’habitude parce que j’ai besoin de toi. Et oui, j’en suis rendue à avoir besoin de toi puisque tu es moins efficace que petite puce.

Et puis c’est le lendemain matin. Fini, je te range avec grand plaisir. Dire que tu vas rester 6 mois chez nous, ça me parait énorme. Peut être que je pourrais te rendre avant, de toute façon je ne te veux plus! Je n’ai plus besoin de toi, tu as rempli ta mission, c’est fini maintenant.
Enfin je pensais. Depuis que je t’ai utilisé, les choses ont un peu changé. Ma production est différente et les besoins de petite puce ne suffisent plus à me « soulager ». Sans que je m’y attende, me voilà, à 2 heures du mat’ à te sortir de ton rangement. C’est moi qui le fait, à ma demande, à mon besoin! Mais où j’en suis rendue, suis-je complètement désespérée pour le faire? Non, j’en ai juste besoin sinon je ne vais pas tenir!! Je suis donc revenue vers toi cette nuit là. Et depuis plus rien, et espérons que ça dure.

Pour ceux qui n’ont pas suivi depuis le début et si vous êtes intéressés, ça avait commencé et fini ici.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

2 réflexions sur “★Entre nous c’est fini… je te hais! ★

  1. Pingback: ★ Once upon a time 2012 ★ | Tiny la souris

  2. Pingback: ★ Sa première tétée… 4 jours après sa naissance ★ | Tiny la souris

Et toi, tu en penses quoi? Un avis? un p'tit mot?...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s