★ L’accompagner vers l’autonomie: son lit de grande ★

Au quotidien, nous essayons d’accompagner Misha vers l’autonomie, au regard de ses capacités et compétences. C’est à dire qu’on lui laisse la possibilité d’agir sur ce qui la concerne et de faire les choses seules quand c’est possible.
C’est ainsi et naturellement que nous avons démonté avec elle la barrière de son lit en décembre dernier. Nous avons installé la petite barrière qui est une « protection » pour ne pas qu’elle tombe de son lit quand elle dort (Misha bouge beaucoup quand elle dort). Au pied de son lit, nous avons installé un autre petit matelas (celui qui était dans son coin jeu avant), posé sur la barrière de son lit pour ne pas qu’il soit à même le sol. Voilà, elle avait ainsi un lit un minimum sécurisé et simple d’accès pour elle.

lit de grand pour enfant 12 18 mois sans barrière (3)

Pourquoi lui retirer une barrière du lit?
Nous voulions que Misha puisse rentrer et sortir de son lit seule. Si elle souhaite, dans la journée, elle peut aller se poser/reposer dans son lit. Pour le moment, elle ne l’a pas encore fait.
C’est donc dans une volonté de lui faire confiance et de l’amener à reconnaitre aussi ses besoins que nous avons retiré cette barrière qui la rendait dépendante de l’adulte pour entrer et sortir de son lit.

Descendre prudement
lit de grand pour enfant 12 18 mois sans barrière (7)
ou tenter de nouvelles expériences
lit de grand pour enfant 12 18 mois sans barrière (10)

Et comment ça se passe pour les siestes?
Ah ah, voilà la question que l’on me pose tout de suite, souvent cumulée avec « mais elle ne se lève pas et elle reste dormir? »! Et bien, c’est comme pour tout, cela dépend des jours!
Lors de la sieste, on lui raconte parfois une histoire ou deux parfois nous lui faisons juste un calin. On lui met sa turbulette et on la laisse se reposer. Et là, on observe généralement trois possibilités:

  • Il y a des jours où elle s’endort directement, sans bouger, avec ses doudous dans les bras.
  • Il y a des jours où elle retire sa turbulette et sort de son lit. Elle va en général chercher des livres qu’elle ramène le plus souvent dans son lit. Parfois elle reste lire les livres au pied de sa bibliothèque mais en général, elle prend un livre et retourne s’asseoir dans son lit. Nous avons la possibilité de la voir depuis notre chambre puisque nous avons une fenêtre en hauteur entre nos deux chambres. J’ai eu l’occasion de passer voir si elle dormait et la voir dans son lit à lire calmement un livre. En repassant plus tard, elle était allée en chercher un autre et plus tard encore, elle s’était endormie dans son livre, entourée de livres! J’ai spécialement le souvenir où elle adorait le livre « Ma maman » d’Anthony Browne, c’était presque un doudou tellement elle l’aimait et se baladait avec en le tenant contre elle. Lors d’une sieste, elle s’est endormie la tête dessus!
  • Soit c’est un jour où on l’a couchée et ça ne devait pas être le bon moment pour elle. Dans ce cas, elle peut lire un peu de livre dans sa chambre et finir par venir toquer à sa porte de chambre pour qu’on lui ouvre! Une fois, elle a lu tranquillement des livres pendant une heure (tellement calmement que j’étais persuadée qu’elle dormait) pour venir ensuite frapper à sa porte pour sortir de sa chambre!! Cette situation arrive assez rarement mais ça arrive! Dans ce cas, je lui explique que je pense qu’il serait bien qu’elle se repose dans son lit. Qu’elle n’ait pas obligée de dormir mais que je trouve qu’il est important pour elle de se reposer. Cette réponse me satisfait que moyen d’ailleurs puisque dans ce cas, ça donne un peu l’impression que c’est moi qui « sait pour elle » ce qui est bon « pour elle » dans le sens où je considère qu’elle ne sait pas ce qui est bon pour elle. Bref, je m’égare un peu mais pour en finir avec ce point, dans ce cas, on la laisse sortir de sa chambre, jouer un peu tout en lui expliquant qu’elle ira se reposer à nouveau un peu plus tard!

Voilà comment se passe les siestes depuis que l’on a retiré la barrière. Je trouve ça vraiment super qu’elle puisse lire quelques livres avant de s’endormir. C’est lui laisser la possibilité de juger ou au moins d’apprendre à écouter son corps, les signes qu’il envoie et ses besoins.
Lorsque Misha ne se sent pas prête à dormir, elle peut aller chercher des livres et quand elle est fatiguée, elle retourne dans son lit.

lit de grand pour enfant 12 18 mois sans barrière (2)

Et la nuit alors?
Et bien, pour Misha, la nuit c’est encore différent. Elle ne cherche jamais à se relever le soir et le matin, elle ne sort pas de son lit. Elle retire sa turbulette et nous appelle. Cela ne change pas grand chose en fait. Parfois quand on entre dans sa chambre, elle se met à descendre de son lit mais pas plus que ça en fait!

lit de grand pour enfant 12 18 mois sans barrière (3)

Alors, quels sont les avantages?
Je n’en ai pas encore parlé mais je trouve ça vraiment plus agréable de pouvoir être à côté de Misha quand elle en a besoin. Ce que je veux dire c’est que je peux rester près d’elle quand je m’assois par terre, il n’y a pas cette barrière qui nous sépare. C’est aussi plus simple et plus agréable pour la coucher, pour faire des calins… Cela apporte vraiment une proximité agréable et rassurante pour l’enfant je pense. Parfois quand elle pleure la nuit, elle a besoin d’un calin pour se calmer, je ne suis même pas obligée de la sortir de son lit.
Et bien entendu, je reviens vite fait sur l’autonomie mais j’en ai déjà pas mal parlé. Je trouve presque normal et logique d’installer le lit à la hauteur de l’enfant tout simplement. Ainsi il peut y aller de lui-même quand il en sent le besoin. C’est vraiment dans un soucis de prise en compte de l’enfant en tant qu’acteur, dans une volonté d’autonomie que cette idée me parait importante.

lit de grand pour enfant 12 18 mois sans barrière

Et les limites?
Je pense dans un premier temps à la turbulette. Je suis bien consciente que choisir ce mode de « couverture » n’est pas super adapté à l’autonomie et à la possibilité de se déplacer seule. Seulement dans sa chambre il fait froid, très froid et elle ne sait pas encore se couvrir en dormant quand elle a froid! Je pense à un surpyjama sinon, mais je ne pense que ça ne serait pas assez chaud!
Je pense qu’il faut aussi que la chambre soit un lieu calme, apaisant et qu’il ne soit pas plein de stimulation, de jeux colorés, lumineux et à sons. Ces derniers pourraient stimuler les enfants alors que ce n’est pas vraiment le moment. Actuellement, dans la chambre de Misha, elle a accès à sa bibliothèque remplie de livres, le dessous de la table à langer (et donc de ses couches lavables), un jeu en bois à empiler et c’est à peu près tout. Donc si elle ne veut pas dormir tout de suite, elle a « juste » des livres et je trouve ça parfait pour rester au calme!
Il faut accepter que son enfant puisse se lever de lui-même de son lit et aussi refuser d’y rester pour dormir! Fini de « parquer » son enfant dans le lit comme on pourrait le faire dans un parc!
Il est important que la chambre soit « sécurisé », c’est à dire qu’il n’y ai rien de dangereux, que tout ce qui est à sa portée de main soit pensé et réfléchi (je suis allée retirer la solution hydroalcoolique sur sa table à langer, même si elle n’y a pas accès, je ne voudrais pas qu’elle la mette à la bouche!).

lit de grand pour enfant 12 18 mois sans barrière (8)

A refaire, je changerais quoi?
Je reviendrais à mon idée initiale: mettre un matelas à même le sol dès la naissance. Je pense que notre prochain enfant ne passera pas par le lit à barreaux. Le week-end dernier, nous étions chez des amis, Misha a dormi sur un matelas directement sur le sol (enfin, sur un tapis) et c’était encore mieux qu’à la maison j’ai trouvé. J’ai pu me poser vraiment à côté de Misha quand je l’ai couchée, c’était agréable! Donc à refaire, je mettrais un matelas de grand ou un futon (comme dans ma jeunesse) au sol et peut être même un grand matelas pour pouvoir rester allonger et allaiter en douceur. J’ai cette idée en tête depuis que la fabrique à crevettes avait présenté la chambre de ses petits. J’aimais bien l’idée de délimiter l’espace pour dormir par un petit meuble.

Quand ces doudous l’attendent avec impatience!
Ici, on aime beauuuuucouuup les Pachats de Moulin Roty
lit de grand pour enfant 12 18 mois sans barrière (4)

Et j’aurai pu commencer mon article par tout le cheminement qui nous a amené à retirer la barrière de son lit, voici un « bref » retour en arrière!
Lorsque j’étais enceinte, nous avions préparé avec beaucoup d’amour (et d’énergie!!) la chambre de Misha. Au milieu de sa chambre trôné fièrement le moïse, petit berceau dans lequel j’avais dormi petite ainsi que mes neveux, mes soeurs, mon père, mes grands parents… Bref, un petit lit adapté à sa taille de bébé et qui portait une signification à mes yeux.
Nous avions aussi dit qu’une fois que Misha serait autonome dans ses déplacements, nous l’installerions sur un matelas à même le sol.  Voilà, ça c’était la théorie!

Et puis Misha est née, a passé les 4 premiers mois de sa vie à faire de douces nuits dans le moïse. Elle dormait paisiblement, a fait ses nuits rapidement et paraissaient bien. Mais (enfin heureusement) elle a grandi ses bras touchaient un peu trop le côté du moïse, il était donc temps qu’on la passe dans un lit de grand. Je lui ai d’abord proposé de faire des siestes dans les lits de grand et ça se passait très bien. Mais qu’est ce que ce grand lit paraissait impersonnel par rapport à son moïse! Bref, je m’égare!

Et plus tard, vers 9 mois, Misha s’est mise à ramper, c’est un peu le moment que j’avais imaginé pour la passer dans un matelas à même le sol. Seulement, sa chambre notre appart est très humide et je crains que mettre le matelas à même le sol pourrisse bien vite! Et je trouvais que le lit était un peu haut pour retirer la barrière. Nous avons donc attendu!
Vers 12 mois, elle s’est mise à marcher à 4 pattes et nous n’avons toujours pas retiré la barrière, pourtant, j’en avais vraiment envie.

Et voilà, ce n’est que à 16 mois et demi que nous avons retiré la barrière du lit de Misha. C’est avec elle que nous avons démonté son lit, enfin retiré une des barrières. Et en mettant son lit debout, grosse surprise…. le sommier/planche en bois était tout moisi dessous (enfin à un endroit!)!! Sa chambre est vraiment humide!!

Son lit est presque devenu un terrain de jeu dans un premier temps! Tout l’après-midi, elle a passé son temps à monter et descendre de son lit. En fait, c’était sa façon d’apprendre à maitriser ce mouvement je pense. Maintenant, Misha va avec plaisir dans son lit et seule!

lit de grand pour enfant 12 18 mois sans barrière (6)

Et chez vous, le lit est comment?
♥♥♥

Clic Clic pour voter pour mon blog 
concours1

Article sélection à la Une Hellocoton

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

18 réflexions sur “★ L’accompagner vers l’autonomie: son lit de grande ★

  1. Nous Minibulette à un gabarit géant vert et ces temps ci elle se cogne sur les barreaux au moindre geste et du coup elle se réveille en pleurant dès qu’elle gigote ou pas loin
    Nous pensions lui changer son lit pour un lit de « grande » car quand elle squatte le lit de son frère et le notre dans la journée et le matin elle est totalement zen
    Notre pédiatre nous avais conseillé un matelas et nous disait que pour le lit c’était un peu tôt mais vu que Minibulette commence à vouloir escalader les barreaux le changement ne devrait plus tarder et tout comme vous cette barrière qui nous sépare ça me pèse!!!!
    Je trouve votre façon de voir vraiment intéressante en tout cas^^

  2. Ma fille n’a que 5 mois et ça fait déjà quelques jours que je tanne le papa pour qu’il descende le fond du lit (qui est actuellement tout en haut) car bébé commence a bien se tenir assis. En plus elle gigote énormément > nous la retrouvons souvent à l’envers le matin !

  3. Je trouve ça top de lui enlever la barrière et de la faire gagner en autonomie, j’y pense vraiment pour les prochains mois de Petit Pois (enfin on a encore le temps). Mais je vois qu’il est débrouillard et se déplace déjà donc je sais que se sera accueilli favorablement 🙂 L’idée de mettre le matelas directement au sol me tente bien aussi mais plus pour l’âge de Misha, avant je trouve que ça manque de « contenant », Petit Pois aime bien la sensation de toucher les bords de son lit et ça me parait un peu grand comme matelas à mettre au sol dès la naissance. En tout cas merci pour l’article que je garde en favori pour bientôt :))

  4. Ma petite expérience avec Jules (24 mois)

    J’ai toujours trouvé l’idée du matelas au sol géniale (autonomie, liberté de mouvements…) sauf qu’en pratique mon petit bonhomme à eu (j’espère pouvoir parler au passé) de gros soucis avec le sommeil à la fois la nuit (enfer de l’endormissement + multiple réveils) et le jour (pas de sieste, sauf si balade en poussette ou en voiture…).

    Il a fait ses premières nuits vers 11 mois pour ne plus les faire de 13 à 17 mois et avec une rechute de 22 à 23 mois. Pas facile quand il faut aller travailler le lendemain. Bref c’était (c’est) devenu pour moi une angoisse et je me disais que le mettre au sol allait encore compliquer les choses.

    En plus de son lit à barreaux, il y a dans la chambre de Jules, un grand matelas, de 140 au sol. Il me servait pour les tétées de nuit et parfois le WE quand les réveils se faisaient trop matinaux je tentais (parfois avec succès) de me recoucher un peu avec lui.
    J’y ai aussi passé quelques nuits avec lui quand il ne dormait pas et que je n’en pouvais vraiment plus. Plein de culpabilité car polluée par des « si tu dors avec tu ne va jamais t’en sortir blabla blala… », Mais sentant dans le fond que c’est ce que je devais faire à la fois pour lui et pour moi. Le pédiatre m’avait même dit « nous sommes des mammifères, nous ne sommes pas fait pour dormir seul »

    Donc vers 22 mois alors que Jules dormais enfin bien depuis 5 mois ( on y prend très vite gout) rebelote grosses angoisses au coucher ca dure des heures, réveils la nuit… et ce petit garçon qui ne parle pas encore me montre avec insistance la grand matelas au sol en disant « dodo dodo ».

    Le problème c’est quasi réglé instantanément dès que j’ai accepté de le coucher dessus. Au début je le prévenais que s’il se levait je le remettrais dans le petit lit mais il ne l’a jamais fait. En revanche il ne sais pas dormir sans turbulette (et comme de toutes façon sa chambre est très froide aussi, pour l’instant ca m’arrange) nous laissons juste le matelas au sol pour les éventuels soucis de chute (jamais arrivé jusqu’à présent) et nous achèterons un lit quand il n’aura plus besoin de turbulette (cet été sera peut être le bon moment pour la transition). Nous resterons sur un lit de 140 car je trouve très pratique de pouvoir m’allonger avec lui si besoin (malade, réveil à l’aube…) et que si je le prend dans mon lit ca ne va pas ( il explore, ne reste pas couché et la papa n’apprécie pas…).

    Pour les siestes ca a marqué la fin de la sieste du matin (bien qu’il soit manifestement fatigué) et pour l’après midi il n’a toqué à sa porte qu’une fois (au début) sinon pas de soucis.

    Lors des réveils il nous appelle et attend sur son matelas qu’on vienne le chercher alors qu’il sait enlever sa turbulette seul.

    Désolée, c’est long mais si ça peut aider…

  5. Ma petite expérience avec Jules (24 mois)

    J’ai toujours trouvé l’idée du matelas au sol géniale (autonomie, liberté de mouvements…) sauf qu’en pratique mon petit bonhomme à eu (j’espère pouvoir parler au passé) de gros soucis avec le sommeil à la fois la nuit (enfer de l’endormissement + multiple réveils) et le jour (pas de sieste, sauf si balade en poussette ou en voiture…).

    Il a fait ses premières nuits vers 11 mois pour ne plus les faire de 13 à 17 mois et avec une rechute de 22 à 23 mois. Pas facile quand il faut aller travailler le lendemain. Bref c’était (c’est) devenu pour moi une angoisse et je me disais que le mettre au sol allait encore compliquer les choses.

    En plus de son lit à barreaux, il y a dans la chambre de Jules, un grand matelas, de 140 au sol. Il me servait pour les tétées de nuit et parfois le WE quand les réveils se faisaient trop matinaux je tentais (parfois avec succès) de me recoucher un peu avec lui.
    J’y ai aussi passé quelques nuits avec lui quand il ne dormait pas et que je n’en pouvais vraiment plus. Plein de culpabilité car polluée par des « si tu dors avec tu ne va jamais t’en sortir blabla blala… », Mais sentant dans le fond que c’est ce que je devais faire à la fois pour lui et pour moi. Le pédiatre m’avait même dit « nous sommes des mammifères, nous ne sommes pas fait pour dormir seul »

    Donc vers 22 mois alors que Jules dormais enfin bien depuis 5 mois ( on y prend très vite gout) rebelote grosses angoisses au coucher ca dure des heures, réveils la nuit… et ce petit garçon qui ne parle pas encore me montre avec insistance la grand matelas au sol en disant « dodo dodo ».

    Le problème c’est quasi réglé instantanément dès que j’ai accepté de le coucher dessus. Au début je le prévenais que s’il se levait je le remettrais dans le petit lit mais il ne l’a jamais fait. En revanche il ne sais pas dormir sans turbulette (et comme de toutes façon sa chambre est très froide aussi, pour l’instant ca m’arrange) nous laissons juste le matelas au sol pour les éventuels soucis de chute (jamais arrivé jusqu’à présent) et nous achèterons un lit quand il n’aura plus besoin de turbulette (cet été sera peut être le bon moment pour la transition). Nous resterons sur un lit de 140 car je trouve très pratique de pouvoir m’allonger avec lui si besoin (malade, réveil à l’aube…) et que si je le prend dans mon lit ca ne va pas ( il explore, ne reste pas couché et la papa n’apprécie pas…).

    Pour les siestes ca a marqué la fin de la sieste du matin (bien qu’il soit manifestement fatigué) et pour l’après midi il n’a toqué à sa porte qu’une fois (au début) sinon pas de soucis.

    Lors des réveils il nous appelle et attend sur son matelas qu’on vienne le chercher alors qu’il sait enlever sa turbulette seul.

    Désolée, c’est long mais si ca peut aider…

  6. Petit bonheur a 26 mois. Il ne veut plus de turbulette depuis l’automne, il a une couette. Je le sens prêt pour la nuit, sans barrière. Mais pour la sieste moyen moyen. Surtout que sa sœur (11 mois) dort à côté et que parfois c’est la foire…
    On récupère des forces et on va se lancer 😉

  7. Intéressant, mais je ne serai pas prête a faire ça pour daphné. Elle s’endort instantanément dans son lit le soir et à la sieste, mais elle bouge beaucoup, même dans son sommeil, et j’aurai peur qu’elle tombe et se blesse. Et puis, je suis sure qu’elle tenterai de sortir sans cesse alors que depuis ses 4 mois on a instauré un rituel de coucher et ses nuits se passent merveilleusement bien, je n’est pas envie de tout gâcher maintenant. Par contre, nous possédons le même lit ikéa que toi, donc je pense que quand elle sera plus grande (là elle a15 mois), nous enlèverons nous aussi la barrière et achèterons la petite pour la protéger. Et pour un prochain bébé, je pense que j’achèterai un berceau pour les 1ers mois de vie, ça m’a manqué.

  8. Pour ce qui est du matelas, je vais bientôt testé cela, puisque je vais faire du camping avec elle et des amis. on aura une tente à plusieurs chambres et je ne compte pas emmener son lit pliant (trop encombrant). Je redoute justement un peu ce moment car je pense la mettre à coté de moi sur un matelas gonflable et j’ai peur qu’elle ne veuille pas s’endormir du coup … mais bon je verrai bien en mai …

  9. J’aime lire tes réflexions 🙂 Ici on a le même lit, je serais assez tentée pour enlever une barrière (ma fille a 14 mois), elle est en constante demande d’autonomie. Cependant, on dort à l’étage et on a pris pour habitude de laisser sa porte entrouverte pour l’entendre la nuit (et on n’a pas de barrières d’escalier). Alors bon, il faut vraiment qu’on sécurise à fond l’étage pour pouvoir tenter l’expérience…! 😀

  10. Oh la dernière photo ♥
    Ici je ne me sens pas du tout prête pour Mam’Zelle M. Ma petite tornade ne tiendrait pas en place, et comme elle dort dans la même chambre que sa soeur, je n’ose pas imaginer le cirque le soir !!!

  11. Je pense également m’inspirer de Montessori pour le couchage de mes enfants plus tard. Mais comme tu dis, parfois entre l’envie et la pratique… On verra bien, mais là comme ça, ça m’intéresse 🙂

  12. Pingback: Des jeux plastiques et se servir à boire comme une grande! | Tiny la souris

  13. Pingback: Once upon a time 2014 | Tiny la souris

  14. Pingback: Le choix du lit au sol: futon et tatami, une bonne idée? | Tiny la souris

Et toi, tu en penses quoi? Un avis? un p'tit mot?...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s