Ta merveilleuse naissance… ♥

Tu étais attendu pour le 20 octobre mais je n’avais qu’une envie, que tu arrives avant le 20. Je n’étais pas pressée de vouloir accoucher à tout prix. J’aime être enceinte, j’ai aimé jusqu’aux derniers moments te sentir bouger dans mon ventre, cela ne m’a jamais gêné. C’était toujours un plaisir de te sentir bouger, venir à notre rencontre sous nos mains.
Mais il y avait cette menace que l’on m’avait mis dessus lors de mon premier et unique rendez-vous à l’hopital de Perpignan: « si vous n’avez pas accouché à votre DPA, nous vous déclenchons ». Tout mon suivi de grossesse je l’avais fait sur Nantes puisque nous avons aménagé juste un mois avant ma date prévue d’accouchement. Je ne m’attendais donc vraiment pas à cette mauvaise « nouvelle » et pour pouvoir mener mon projet de naissance au bout, Bébé devait arriver de lui-même…

Cela faisait un peu plus de deux semaines que nous avions aménagé. Ma mère était présente chez nous depuis l’installation puisque Juju avait du partir une semaine en Belgique (aucune envie de me retrouver seule pour accoucher!). Elle m’a aussi énormément aidée à nous installer, vider tous les cartons, m’aider et de me donner l’énergie pour le faire, mais aussi m’aider avec Misha au quotidien (et la fatigue qui s’accumulait un peu). Nous avions vidé tous les cartons et aménagé toute la maison. J’étais donc prête à accueillir Bébé.
Mais, il me restait la décoration de la chambre de « Bébé » à faire. Je n’avais pas eu le temps de faire la guirlande fanion à son prénom que j’avais imaginé, ni de préparer quoi que ce soit! Avec l’aide de ma mère, je me suis lancée dans la couture. Une jolie guirlande, les petits noeuds au moïse ont été changés, un rideau tout simple mais qui finit bien la chambre…
Mon sac pour la maternité avait été fait très vite fait.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, je commence à avoir de nouvelles contractions. Des contractions, je sais ce que c’est, j’en ai depuis le début de ma grossesse et lorsque je travaillais j’en avais énormément mais elles n’étaient pas douloureuses. Durant cette première nuit, les contractions commencent donc à changer et à me lancer en bas du dos. C’est supportable mais je sens que je suis dans un « virage » de ma grossesse.
Le jeudi, j’ai rendez-vous chez une sage-femme (conseillée par une amie et son amie 😉 ). Elle doit me faire un monito et c’est surtout une première prise de contact. Si je n’ai pas accouché durant la fin de la semaine, nous avons prévu de faire deux séances d’acupuncture. Mais elle me dit que j’ai encore le temps et que si je dois être déclenchée c’est que ça devait être comme ça, je devais passer « par cette étape », je devais la vivre (oui sauf que j’en ai aucune envie!). Durant la journée, mes contractions changent vraiment, elles sont de plus en plus gênantes (pas encore trop douloureuses mais je sens que ça arrive!) Je commence à me demander « quand est ce que l’on sait que c’est le moment de partir à la maternité?« .
Durant la nuit de jeudi à vendredi, les contractions sont biiiien plus nombreuses, parfois toutes les 10 minutes pendant une heure. Une fois ou deux, je me retrouve à réveiller Juju par ma respiration qui change. Et si c’était pour cette nuit? Mais non je ne crois pas… Enfin je n’en sais rien en fait!
Vendredi matin, j’annule tout ce que j’avais prévu de faire. Je téléphone à la crèche de Misha ‘non elle ne viendra pas pour ses 30 minutes d’adaptation », je ne me sens pas capable de l’accompagner et si j’accouche, ça va lui faire une coupure dans son adaptation, autant repousser un peu. Je n’accompagnerais pas non plus ma mère dans une visite d’une maison. Ma journée se déroule normalement si ce n’est que lorsque j’ai une contraction, je ne peux plus rien faire, si ce n’est essayer de bien respirer pour la laisser passer. Entre deux contractions, je finis la couture pour la chambre de Manolo avec ma mère. Le soir, cela devient vraiment dur dur! Avant d’aller me coucher, même si je suis crevée, j’installe avec ma mère toute la décoration dans la chambre de Bébé au rythme de mes contractions qui me ralentissent. Je la trouve magnifique, cela me fait vraiment plaisir de lui avoir préparé ce petit cocon. Bébé tu peux venir, tout est prêt pour toi! Avant de me coucher, je finalise nos sacs. Ca sera surement cette nuit!

La nuit de vendredi à samedi est courte. J’enchaine les contractions. J’essaye de bien respirer pour accompagner les contractions. Juju m’accompagne en me touchant la cuisse comme on a pu le voir en hapto. Cela m’aide et me soutient aussi. Nous passons la nuit rythmée par mes contractions, on se rendort entre chaque. Par période, elles sont toutes les 5-10 minutes. « Est ce maintenant que nous devons aller à la maternité?« . La nuit passe, on gére plutôt pas mal. Au matin, je tente d’aller prendre le petit déj avec tout le monde. Mais lorsque j’ai des contractions, je ne suis pas à l »aise assise. Misha m’imite et me dit « maman pourquoi fuuuuuu? » (= le bruit lorsque je souffle fort). Je passe le reste de la journée dans le lit, centrée sur moi. J’apprécie que ma mère soit présente pour s’occuper de Misha (l’éloigner lorsqu’elle veut me sauter dessus…), que Juju soit aussi là pour me soutenir.
En début d’après-midi, je suis fatiguée d’essayer de gérer les contractions. Je dors entre mes contractions. Misha ne veut pas faire de sieste, Juju la relève. Mais assez rapidement, je la renvoie se coucher. Elle a besoin de sa sieste et j’ai peur qu’elle soit trop « fatiguée/fatiguante » ensuite pour ma mère. Elle finit par s’endormir.
Mes contractions sont de plus en plus rapprochées mais surtout de plus en plus fortes. Et plus ça va, plus j’ai l’impression de me faire un peu pipi dessus à chaque fois (oui, très glam’!), je pense que ma poche est fissurée. Vers 16h30, après une contraction, Juju me demande si je veux qu’on parte à l’hopital. Est-ce LE moment où il faut partir à la maternité? On dit toujours que l’on sait quand c’est le moment. Et si c’était là, maintenant? Je lui dis que je pense qu’on peut y aller en effet! Cela fait plusieurs contractions que je commence à avoir envie de pousser. Mais je ne lui dis pas, je ne veux pas le stresser. On se prépare donc. Je pleure, j’ai un peu peur de la suite, j’aurais voulu dire au revoir à Misha et je regrette de l’avoir forcée à aller faire sa sieste et de ne pas être présente ensuite à son réveil. Bébé va arriver bientôt et c’est à la fois excitant et un peu stressant.
Ma mère nous fait coucou avec sa main, il est 16h37 et nous partons. J’ai des larmes qui coulent…

Je demande à Juju de rouler doucement et de ne pas prendre de bosses. Chaque mouvement me donne des contractions (ça a déjà été compliqué pour aller jusqu’à la voiture, garée devant notre porte!), contractions qui me donnent envie de pousser. Nous habitons vraiment pas loin de l’hopital et il n’y a pas trop de circulation. Juju roule doucement. J’ai 3-4 grosses contractions que je gére comme je peux. Il est 16h42 et nous nous garons sur le parking des urgences maternité. Juju sort les affaires et moi je sors difficilement de la voiture. En fait, je vis au rythme de mes contractions qui me font ralentir et m’arrêter lorsqu’elles sont vraiment présentes. Nous sonnons aux urgences. Le temps me parait long, je me tiens au mur pour tenir le temps de mes contractions. Nous prenons ensuite l’ascenseur et nous attendons que quelqu’un vienne à l’accueil. Je me souviens qu’il y avait du monde devant l’accueil. Je dois avoir l’air fine avec mon gros ventre, mes larmes aux yeux et le fait que je me tienne aux murs lorsque j’ai des contractions! Et puis je m’en fous, il faut que je me concentre sur ma respiration.
Arrive enfin un monsieur. Juju explique la situation. Il me demande si j’ai perdu le bouchon muqueux (oui), si ma poche des eaux à percer (oui fissurée je pense), si j’ai envie de pousser et depuis quand (oui mais je n’en sais rien). Il prévient par téléphone les sages-femmes qu’il va accompagner une femme sur le point d’accoucher. Il nous demande de patienter, me propose de m’asseoir mais je ne suis pas à l’aise assise donc je reste debout. Il me demande si je suis capable de marcher ou si je préfère y aller en fauteuil. Mais je préfère marcher, ce qui me permet de gérer mes contractions et je suis plus à l’aise debout. Il galope dans les couloirs, je le suis… à mon rythme! Une fois arrivé, Juju doit se mettre en blouse, charlotte pendant qu’il m’accompagne jusqu’aux sage-femmes.
On m’amène dans une salle de pré-travail. Une sage-femme et une autre personne me propose de m’installer et de faire pipi dans un petit pot avant. Je tente et ressors aussitôt des toilettes. Je ne peux pas, j’ai envie de pousser. La sage-femme me dit qu’elle va m’ausculter parce que ça parait être pour bientôt!

Il est 17h, cela fait quelques minutes que l’on est installé dans la salle de pré-travail. Elle m’ausculte donc, je suis dilatée à 6. Elle envoie Juju faire rapidement mes étiquettes (merci l’administration!) et prépare les affaires. Je lui ai expliqué que je souhaitais vraiment essayer d’accoucher sans péridurale et donc d’être accompagnée dans ce sens. Du coup, elle a été me chercher un ballon et me propose « une galette » (objet que je ne connaissais pas). La galette me soulage un peu le bas du dos mais je n’utilise pas le ballon. A la maison, je n’arrivais pas parce que mes contractions étaient moins gérables pour moi sur le ballon. Juju est donc parti. J’ai deux nouvelles contractions où j’ai envie de pousser. Elle me ré-ausculte. Je suis dilatée à 9, avec la poche des eaux qui est devant, bombée et prête à exploser et Bébé juste derrière. Elle me dit que si la poche éclate, Bébé va arriver. Je lui dis qu’elle a intérêt à tenir encore un peu, je veux que le Papa soit avec moi!
Juju arrive enfin (il a pourtant été très rapide mais ça m’a paru très long!). Puis quelqu’un entre pour dire que « ça y est, la salle d’accouchement est prête ». La sage-femme explique que je suis sur le point d’accoucher et moi que je ne veux/peux pas bouger! On reste donc en salle de pré-travail.
On explique à la sage-femme que je veux essayer d’accoucher sur le côté comme nous avons vu en hapto. Elle nous dit « pas de problème, vous allez nous montrer ». On s’installe et je commence déjà à pousser. Elle me perce la poche des eaux. C’est assez surprenant, je sens qu’elle explose partout (et surtout sur la sage-femme!!). Et me voilà à pousser pour que Bébé puisse sortir.
Je ressens et vis chaque contraction. Je sens une force que je ne connaissais pas qui me permet de pousser. Juju m’aide et me soutient. Au bout d’un moment, la sage-femme me dit qu’il faut accélérer un peu, Bébé fatigue. Elle me propose de passer sur le dos pour arriver à pousser plus fort. Je pousse, je sens Bébé qui descend, prêt à sortir mais pas encore tout à fait.

A priori Bébé fatigue et n’arrive pas encore à sortir. La sage-femme m’explique qu’il va falloir accélérer un peu et pousser hors des contractions en plus (chose que je n’arrive pas!) sinon on va être obligée d’appeler le médecin. Je lui dis que je ne veux pas (mais elle le sait et veut aussi que l’on y arrive sans!). Je n’ai pas envie d’avoir une épisio, je n’ai pas envie que l’on me sorte des forceps ou je ne sais quoi! Je veux y arriver!
« Aller, on essayer encore une fois » mais je n’arrive pas à pousser correctement hors des contractions (ce n’est tellement pas naturel!). Après deux/trois dernières fois, Bébé sort. La sage-femme lui a donné un petit coup de main et lui a dégagé son menton pour sortir. Je sens sa tête, suivi du retournement de son corps. Je vais à sa rencontre et le pose sur moi.
Je suis toute émue et Juju aussi. Bébé est là, sur moi. Manolo, c’est le prénom que nous lui avons choisi et donné. Manolo, notre petit Manolo.

Je me sens fière et heureuse. Fière d’avoir réussi à accoucher sans péridurale mais surtout d’avoir été actrice de cet accouchement, d’avoir tout senti et géré (bien qu’il y ait deux trois petites choses n’étaient pas vraiment comme j’avais voulu). Fière d’avoir pu mettre au monde mon enfant, d’avoir eu le soutien de Juju pour l’accueillir. Et heureuse de le rencontrer… Cette naissance, c’est celle que j’avais imaginé et rêvé. C’est comme ça que j’avais envie de mettre au monde Manolo…

naissance manolo accouchement sans péridurale physio

♥♥♥

FB INS HC vimeo pint

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

19 réflexions sur “Ta merveilleuse naissance… ♥

  1. ❤️❤️❤️ Quel intense récit! Même si je le connaissais déjà j’ai eu les larmes aux yeux et ressentis tellement de bonheur pour vous!! Encore plein de bizoux à vous 4❤️❤️❤️

  2. Oh que ça me bouleverse ce récit ! Cela me fait revivre ce moment merveilleux qu’à été la naissance de notre fils.
    Même si contrairement à la naissance de Manolo, la naissance de Lucas ne s est pas passée tout à fait comme je le voulais.
    J aurais aime ne pas recourir à la péri, mais Lucas s engageait mal et je souffrais beaucoup au niveau de la hanche gauche, donc j ai craqué pendant les dernières heures. En plus, il a commencé à montrer des signes de souffrance donc il a été sorti avec les spatules. Pas physio du tout !
    Je me console en me disant qu’au moins il est arrivé en bonne santé !

  3. Félicitations à toi pour avoir aussi bien réussi à transmettre cette jolie naissance par écrit!! Je ne te cache pas, que j’ai une petite larme qui roule sur ma joue en lisant ton texte!!
    Bravo pour cette belle naissance et cet accouchement comme tu le souhaitais!! Bisous

  4. ton récit est très beau, c’est un bel accouchement que tu as vécu. C’est toujours impressionnant pour moi dans lire ce genre de récit car j’ai eu une césarienne programmée, donc pas très naturel comme accouchement, mais chaque bébé a son histoire! ton petit manolo est très mignon

  5. Quelle émotion à te lire ❤ On te sent heureuse du déroulement de cette naissance, ça restera un merveilleux souvenir ! 🙂

  6. wouhhh génial!!! quels sont les petitexs choses que tu aurais voulu?
    ne pas pousser entre les contractions, ou accoucher sur le dos jimagine?
    en tout cas à aucun moment tu ne parles de douleurs, bravo! je nai pas passé ce cap et maintenant jai un fort regret, mais des récit comme le tiens me conforte chaque jour à que la prochaine fois il ny aura PAS de péri!
    bisous

  7. superbe 🙂 et bravo Rosa! et bien sûr bienvenue à Manolo 😀
    Mais pourquoi la sage femme a perçé la poche des eaux? elle t’a dit? et je confirme, pousser entre les contractions, c’est juste impossible lol (et pas du tout productif!)

  8. J’étais ému et joyeux lors de ta naissance, comme de celle de nos trois autres filles et je suis toujours aussi ému et joyeux lorsque je lis vos récits d’accouchement ! Merci de ce partage
    bises de ton père

  9. Pingback: L’accouchement sans péridural, un accouchement presque animal | Tiny la souris

  10. Je suis tellement heureuse que la naissance de Manolo a été celle que vous désiriez. Même si tu me l’avais raconté j’ai adoré lire ce récit si bien écrit et si émouvant. Encore Félicitations à toi ma copine si déterminée et courageuse, au petit Manolo qui a été très courageux et à Juju qui a su t’accompagner au mieux

  11. Pingback: Once upon a time 2014 | Tiny la souris

Et toi, tu en penses quoi? Un avis? un p'tit mot?...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s