Et puis un jour j’ai appris à faire des photos…

Il y a 13 ans, je m’offrais mon premier réflex, un argentique à cette époque là! C’était juste avant de partir en Inde, j’avais envie d’avoir de jolies photos et j’adorais déjà la photographie! Bon, j’avais un joli réflex mais je l’utilisais en automatique!
Les années ont passé, j’ai eu au moins 7 appareils photos numériques ensuite donc deux réflex! Seulement, je n’ai jamais appris pour autant à les utiliser manuellement, à mon grand regret!

Et puis, il y a quelques semaines, j’ai pris un cours avec Mélanie de Studio Lynéa, photographe dans le 66.  Et là, ça a tout changé! J’ai enfin compris tout ce qui m’échappait jusqu’à présent. Mélanie a su me préparer un cours super ludique, exactement ce qu’il me fallait pour comprendre les mystères de mon réflex. Si ça vous intéresse, vous pouvez la contacter via son site ou sa page facebook (dites lui que vous venez de ma part 😛 )

la montagne aux cailloux en famille 014

Lire la suite

Publicités

Je suis en colère contre ces médecins…

Je suis en colère, vraiment en colère! Je suis énervée et déçue aussi! Mais pourquoi la motricité libre est-il si peu connue et reconnue dans le milieu médical?

Il y a quelques jours, ma petite soeur me téléphone perplexe et dépitée. Elle sortait d’un rendez-vous chez le pédiatre pour ma nièce Talia (9 mois). Lors de sa visite, le médecin lui a demandé si sa fille tenait assise. Non, elle ne tient pas encore assise et ne sait pas s’y mettre seule. Cela est tout à fait normal et pas inquiétant. Talia évolue principalement en motricité libre. C’est-à-dire que ma soeur ne l’a met pas (ou peu ) dans une position que ma nièce ne maîtrise pas. Pour simplifier, Talia ne sait pas encore s’asseoir seule alors elle ne l’assoit pas et ne la met pas non plus debout (ou en trotteur!!!).

11251418_10206411162500534_879251683_n

Mais voilà, son médecin a commencé à lui faire peur. Je pense que c’est tout à fait ça « faire peur » et l’inquiéter avec des « mais à son âge elle doit savoir se tenir assise. Il faut que vous la mettiez assise, avec des coussins derrière elle. Il faut que vous l’allongiez sur le dos, que vous la tiriez par les bras pour lui montrer comment s’asseoir. C’est important ». Ma soeur a bien tenté de lui expliquer qu’elle laissait sa fille évoluer à son rythme, lui laissant la chance de découvrir tout cela par elle-même. Sa pédiatre lui a dit « oui oui c’est bien la motricité libre mais il faut l’asseoir ».

En laissant l’enfant allonger sur le dos, petit à petit il va se muscler par tous les mouvements qu’il fait de lui même.
11122500_10206411161900519_218429433_n

Ma soeur est sortie en perdant une bonne partie de la confiance qu’elle avait dans la motricité libre, dans sa fille, dans ses choix éducatifs et dans son rôle de maman! Je suis triste et déçue pour elle. Alors je tente comme je peux de la rassurer dans ses choix qui sont les bons pour ma nièce. L’encourager à continuer d’accompagner Talia en motricité libre. La rassurer sur le fait que Talia sera s’asseoir un jour mais qu’elle aura surtout acquis une grande confiance en elle, qu’elle sera à l’aise dans son corps, qu’elle sera se mettre assise, sortir de cette position et s’y remettre SEULE, elle sera plus autonome. Elle sera mieux dans son corps mais aussi dans la confiance qu’elle peut avoir en elle mais aussi envers ses parents.
Et franchement, est-ce-que l’on apprend à s’asseoir en se relevant les bras tendu devant nous? Non, on passe sur le côté puis on se relève petit à petit. Mais avant il y a tellement de choses à tester, essayer, tenter et retenter pour y arriver.

Alors aujourd’hui, je suis en colère! En colère contre le personnel médical (et surtout les spécialistes de la petite enfance comme sa pédiatre) et les acteurs de la petite enfance qui ne connaissent pas vraiment les enfants. La motricité libre est pour moi tellement importante et reconnue pour ses bienfaits. Je suis en colère contre tous ses médecins qui conseillent aux parents de mettre leurs enfants sur le ventre, de les asseoir, de les faire marcher ou les mettre debout (et parfois même quelques minutes dans le trotteur!).
Et je suis d’autant plus en colère quand ils ne soutiennent pas les parents qui accompagnent les enfants en motricité. Préférant les culpabiliser « du retard » de leurs enfants ou de « ce n’est pas comme ça qu’il faut faire ».

Les médécins qui suivent mes enfants m’ont souvent demandée s’ils « tenaient assis, savaient s’asseoir… ». Je leur répondais que non, je les accompagnais en motricité libre, que je ne les mettais pas dans des positions dont ils ne savaient pas se mettre et en sortir seul. Mais j’ai été entendu et écouté (et puis je savais argumenter ou parfois laisser tomber pour ne pas me batailler face à des personnes sourdes ). Mais je suis sûre de moi et de mon choix donc ils ne m’ont jamais fait douté.
Cependant ma soeur pense en effet que c’est mieux pour sa fille de la laisser découvrir tout ça par elle-même et à son rythme mais elle subit les pressions sociales, familiales et même du corps médical. Devoir se justifier la déstabilise et la fait douter.

Alors moi je suis en colère et j’ai du mal à ne pas en vouloir à sa pédiatre. Son ignorance/manque de connaissance font qu’elle prodigue des conseils inadaptés et pas du tout professionnels à des parents qui eux font confiance à ce corps médical représentant le savoir et ont besoin d’être accompagnés et soutenus dans leur rôle de parents.
Je n’en veux pas aux parents qui n’accompagnent pas leur enfant en motricité libre. Je pense qu’ils font juste ce qu’ils pensent être le mieux pour leur enfant avec les connaissances qu’ils ont à ce moment là. Mais j’en veux aux professionnels de la petite enfance, aux pédiatres et médecins qui conseillent et même « obligent » les parents à asseoir leur enfant. Leur ignorance à eux est difficilement excusable pour moi!
La motricité libre est tellement naturelle, c’est simplement laisser faire l’enfant plutôt que de faire pour lui et à sa place.

A toi, Salomé, ma petite soeur fait toi confiance et fait confiance à Talia… Elle s’assoira (et marchera) quand elle s’en sentira capable et prête. En attendant, elle peut s’appuyer sur toi, sur ton regard rempli de bienveillance pour l’accompagner au quotidien.

Pour ceux qui le souhaitent, j’ai écrit un article sur la motricité libre il y a deux ans ici et sur le fait que chaque enfant à son rythme ici.

Je finirais mon article avec trois illustrations qui sont superbes je trouve. Vous pouvez les retrouver sur le blog de Bougrie qui les a dessiné!
motricite_libre_sol2motricite_libre_assis motricite_libre_marche

♥♥♥Juste deux petits clics pour me soutenir! (et vous pouvez le faire tous les jours! 😀 )
famili concours

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mon accouchement rêvé ♥

Dès ma première grossesse, j’ai commencé à penser à mon accouchement, à l’imaginer voire même à le fantasmer! J’avais envie de naturel, de physio, de respect de mon corps mais aussi de celui de Bébé…
Et puis lors de ma première grossesse, le verdict est tombé: ça sera une césarienne programmée! Tout s’est effondré autour de moi, j’ai mis énormément de temps à l’accepter, à pouvoir en parler sans pleurer. Mais j’ai eu cette chance de pouvoir m’y préparer quand même, avec mon haptothérapeute ainsi que ma sage-femme.

Pour cette deuxième grossesse, j’ai pu envisager une naissance par voie basse dès le début. Quel plaisir et en même temps, j’avais peur! Je n’y connaissais rien puisque même ma première préparation à l’accouchement tournait autour de ma césarienne.
J’avais donc très envie de découvrir ce qu’était un accouchement et en même temps, très peur de cet inconnu… Mais j’ai envie de le connaitre cet inconnu, de l’affronter, de le rencontrer. Nous avons tout à apprendre l’un de l’autre.

Je me reprends à rêver. J’ai envie d’un accouchement physiologique. J’ai envie d’accoucher sans péridurale. J’ai envie d’avoir besoin au minimum du corps médical. J’ai envie de peau à peau. J’ai envie d’un moment unique et magique. J’ai envie d’être en osmose avec Juju. J’ai envie d’arriver à gérer la douleur. J’ai envie d’un accouchement parfait.

Mais je sais que c’est jamais comme on se l’imagine. Même si on s’y est préparé, on ne peut pas prévoir.

Alors on espère, on se prépare un peu malgré tout à plusieurs possibilités, on patiente, on y pense et puis on verra bien! Mais ça sera peut être mon dernier accouchement et j’aimerais vraiment pouvoir vivre un accouchement par voie basse comme j’en rêve…

Je m’entraîne à « avoir deux enfants » avec ma petite nièce Talia!
085

Article écrit fin septembre

♥♥♥

Retrouvez moi au quotidien sur instagram
Et venez discuter surfacebook-bouton

Rendez-vous sur Hellocoton !

Talia… ma petite nièce ♥

Un sacré changement pour eux. Et même pour nous!
Voir ma petite soeur devenir maman me fait un peu bizarre! Déjà que j’ai du mal à la voir grandir (quand je calcule son âge je trouve ça toujours surprenant! Mais je vieillis et elle aussi 😛 ).
Voilà quinze jours que leur petite Talia est née, une petite puce toute brune à la peau blanche (elle n’a pas fait de jaunisse!!). J’ai pu la rencontrer la première fois lorsqu’elle avait tout juste trois jours. Je n’avais plus l’habitude des si petits bébés (au moins, ça me prépare pour l’arrivée de Bébé 🙂 )!
Depuis, ils sont rentrés chez eux, prennent leur repère, apprennent à se connaitre et se découvrent dans leur nouveau rôle de parents…

Les premières photos que j’ai pu prendre de Talia, à la maternité
Talia (4) Talia (5) Talia (6) Talia (7) Talia (8) Talia (9) Talia (10) Talia (11) Talia (12)  Talia (14) Talia (2) Talia (3)Talia (13)

Et bientôt, ils auront de jolies photos réalisées par Vanessa N. Photography! Une photographe qui fait de magnifiques photos! Si vous êtes sur la région nantaise, n’hésitez pas à la contacter!

♥♥♥

Retrouvez moi au quotidien sur instagram
Et venez discuter surfacebook-bouton

Rendez-vous sur Hellocoton !